Résidences et créations artistiques partagées

Un dispositif de permanence artistique (temps long) et d’accueil en résidence de création (format court) est proposé aux artistes professionnels de la métropole Les artistes accueillis se nourrissent du travail sur le territoire et peuvent proposer des créations partagées avec les habitants du territoire. Les résidences se construisent sur différentes disciplines : écriture, mise en scène, scénographie, théâtre, musique et arts plastiques.

 

 

POINT DE CHU…T

Le projet Point de Chu…t est né de la volonté des jeunes du Centre d’Hébergement d’Urgence Alfred de Musset de construire un projet musical Slam et Rap.

Ces disciplines leur permettent de mettre des mots sur leur adolescence atypique et souvent difficile, tout en revendiquant leurs désirs d’expression et d’émancipation.
Par ailleurs, la musique constitue un vecteur d’intégration dans leur vie d’adolescent et plus globalement dans la cité.

Avec le soutien financier de la Fondation Nexity et de l’Urban Innovative Actions (initiative de la Commission Européenne), le CCO et Alynea accompagnent 15 jeunes dans une création artistique partagée. Pendant 12 mois, des ateliers hebdomadaires ainsi que des stages intensifs pendant les vacances leur permettent de s’exercer à l’écriture, à l’improvisation et à l’éloquence ; mais aussi de découvrir la musique assistée par ordinateur. Des masterclass avec des artistes locaux et des artistes de notoriété nationale leur sont également proposées afin de développer leurs compétences et leur projet artistique. Le dispositif est suivi par un réalisateur pour produire des clips musicaux et un documentaire.

Pendant toute la durée de ce programme, ils pourront imaginer une œuvre collective de Slam et de Rap qu’ils présenteront sur des scènes professionnelles. C’est une occasion pour eux de gagner en confiance et en liberté grâce à la création.

 

L’Atelier 43 et Laurent Pernel

Symbolisant le déménagement du CCO, la Caravane des possibles a été découpée, rabotée et augmentée pour devenir le comptoir des rencontres de la Rayonne, auquel il sera possible de venir échanger autour d’un verre. Expérimentant avec la matière, les artistes et architectes proposent une œuvre qui joue avec le temps par le réemploi de matériaux du bâtiment patrimonial. Des ateliers participatifs avec les Cités d’or ont été mis en place, afin de contribuer à la construction de l’œuvre.

La caravane de l’Autre Soie a été réalisée par l’artiste Céleste Gangolphe, avec la participation de bénévoles du CCO en 2017. Elle symbolise le déménagement du CCO vers la Rayonne. Le chantier de l’Autre Soie est désormais entamé, et notre emblème doit faire écho à ce changement. Pour cela, nous avons fait appel à Laurent Pernel ainsi qu’à l’Atelier 43. Ils ont été sélectionnés suite à l’appel à transformation de notre caravane. Ils entament ainsi une résidence de plusieurs mois au sein du chantier de l’Autre Soie. L’enjeu de ce projet est de détourner des matériaux récupérés du chantier et de s’appuyer sur l’intelligence collective. La Caravane sera un comptoir de rencontres, modulable et accueillante.

Lire l’interview

Claire Georgina Daudin

Archipels de mémoires est le travail de Claire Georgina Daudin, il met en scène des constructions éphémères : des formes du paysage urbain résultantes d’un processus de constante génération et disparition. Ses dessins et sculptures naissent d’une réflexion sur le geste et la trace, où la mémoire s’incarne dans la matière, afin de traduire un état précaire, en perpétuelle reformulation.

Le domaine qu’elle investit recoupe de nombreux champs d’action : l’histoire, l’architecture, l’urbanisme, mais aussi le quotidien, la notion d’ « habiter ». Elle récupère des morceaux du placoplâtre qui habillaient l’intérieur des logements afin d’y graver des images d’architecture locale passée et présente. Ces morceaux, prélevés dans les anciens appartements, seront chargés de récits passés. Les dessins des lignes architecturales apparaîtront sur les fragments, se mêlant à la matière usée, aux différentes couches de peinture, papier, plâtre. L’ensemble sera accroché dans le bâtiment historique lorsqu’il sera rénové, comme des surgissements de souvenirs au détour des murs refaits à neuf.
L’interview avec l’artiste

Magalie Rastello

Alentours est ne invitation à arpenter le voisinage, à aller explorer l’Ensemble industriel remarquable Cusset-TASE et observer les marques d’un temps révolu, à flâner dans le parc et se laisser absorber par son atmosphère. Le projet artistique inscrit l’Autre Soie au sein du territoire plus large du Carré de Soie en faisant le lien avec l’histoire industrielle, ses éléments marquants et son patrimoine naturel. Il s’agit de créer un œuvre durable, composée de carreaux de céramiques, installée en extérieur, qui invite à cheminer, à parcourir le territoire, à aller à sa découverte.

L’œuvre est implantée sur la façade Est du bâtiment du CIO.

Une création originale de Magma – Magalie Rastello pour le CCO La Rayonne, avec la participation d’habitants et d’étudiants de la formation Anthropologie Science et Société de l’université Lyon 2.
Avec le concours de l’Europe – UIA, l’État, la Ville de Villeurbanne, la SAS Autre Soie.

En savoir plus

Département des Aberrations

Outre-Temps à l’Autre Soie
L’œuvre, pensée comme une capsule temporelle, se matérialise à travers huit colonnes (dont celle-ci) renfermant chacune un contenant rempli de messages, de pensées et de souvenirs de 2021 : année charnière pour le site de l’Autre Soie, mais aussi pour notre société.

Tous les cinq ans, une colonne sera abattue, révélant les messages qu’elle contenait. Leurs ruines formeront un mémorial au fur et à mesure des démolitions. L’œuvre fonctionne ainsi comme une empreinte mémorielle, un souvenir qui se révèle.

Dans le cadre de l’appel à projet de création d’œuvres à partir de matériaux de réemploi.
Lire l’interview

Lionel Rault

Quel Chantier ! est le projet photographique de l’artiste, il suit l’évolution du chantier lié au projet urbain de l’Autre Soie. Ainsi ses photographie se transforment et évoluent au grès de la vie du chantier, en constante transformation. Il expose en façade ses clichés en format géant sur la façade du CIO bâtiment au cœur du projet de réhabilitation.

Se déplacer encore pour vivre mieux
La solidarité, l’art, l’humour, le socle des valeurs
La compétence des bâtisseurs et la puissance de leurs outils
Aller de l’avant sans oublier, garder des traces
L’avenir dans les yeux de nos enfants

Cie Leila Soleil

Les Sept jours de Simon Labrosse de Carole Frechette. Simon Labrosse est au chômage. Désœuvré, il ne le restera pas longtemps car il est ce qu’on appelle « un battant ». Alors il s’invente des métiers : cascadeur émotif, finisseur de phrases, flatteur d’égo et même allégeur de conscience. Simon est entouré de ses amis. Réels ou rêvés ? Peu importe. Ils sont là et nous entraînent dans un univers singulier, léger et poétique où l’humour est constamment présent. Il y a Nathalie qui, elle « joue tous les rôles » dans la vie de Simon et puis Léo, le poète négatif qui déchire ses poèmes mais exprime tant bien que mal des vérités parfois cruelles. Carole Fréchette nous invite à une exploration de notre société. Elle épingle avec un humour corrosif le système – celui des banques, de l’inflation et d’un monde où l’humain a si peu de place ; ses dialogues – au scalpel – font mouche. Et le public présent, devient inévitablement protagoniste de l’histoire.

Avec la complicité d’un groupe d’habitantes du quartier Les Brosses – La Soie qui proposeront, en première partie une création improvisée inspirée de la création « Les sept jours de Simon Labrosse » résultat d’une collaboration de plusieurs mois avec la compagnie Leila Soleil.

 

Systèmes K

Systèmes K est une compagnie transdisciplinaire d’inventions dans l’espace public – artistes « tout-terrain » réunis pour pister l’intime.

Dans le cadre de sa résidence de créations Immersion à La Rayonne, la compagnie continue sa contamination poétique du quartier des Brosses en proposant divers ateliers participatifs. Ce projet d’innovations artistiques se réalise dans le cadre d’une co-production avec le CCO depuis 2017.

 

HUMANITÉ EN CHANTIER

Trilogie pour un chantier de construction. Un spectacle en trois épisodes, trois chantiers de construction d’habitats, trois études de populations. Chaque épisodes met en jeux les occupants des habitats et les questions qui les déterminent. Les questions de l’auteur Eugène Savitzkaya, et, celles écrites par les citoyens du quartier. Chaque épisode est constitué de l’imaginaire des habitants des Brosses concernés par le devenir de leur environnement. Les acteurs s’impliquent dans des actions culturelles conçues avec les partenaires du territoire.

« Fresque des gens des Brosses » est un travail avec les habitants en trois temps : des ateliers d’écriture hebdomadaire sur les problématiques des jeunes/adultes vivants aux Brosses, réalisation de vidéos autoportraits, mise en scène lors du festival de l’Aventure Ordinaire sur les questions qu’ils se posent.

La Compagnie est actuellement en résidence pour la création « Questions de sol »
Les ateliers participatifs hebdomadaires aboutiront au projet « Mur de questions »
Renseignements : mediation@cco-villeurbanne.org

Cie Natacha Paquignon / Corps Au Bord (CAB)

Space Dances est un projet d’œuvre numérique, chorégraphique et sonore pour smartphones et tablettes tactiles. Une visite dansée d’un lieu en réalité augmentée, où le public cherche, et découvre sur son écran des danses cachées dans des espaces inattendus. Un récit chorégraphique en épisodes, qui développe une forme de narration spécifique, non linéaire, inspirée de la relation du corps à des espaces non conçus pour la danse. La danse est filmée avec un système de captation à 360°. Pour suivre l’évolution de la danse, il faut suivre les danseurs. Chaque spectateur participe à la fabrication de son expérience. Le contenu est à la fois visuel et sonore. Le son est composé de sons concrets, de compositions musicales, de paroles (une personne et le lieu peuvent dialoguer ou s’adresser au spectateur). Il est accessible au public via une application pour tablettes et smartphones qui le guide à travers les espaces du lieu. En collaboration avec une douzaine de danseurs du Centre d’hébergement d’urgence (CHU) d’Alfred-de-Musset, Nathacha Paquignon explique vouloir « chercher comment la danse donne du sens aux espaces et comment les exploiter pour mettre en valeur l’histoire des lieux ».